L’essor des néo-banques met-il en danger l’avenir des banques classiques ?

Depuis plusieurs années, les néo-banques font leur apparition sur le marché et prennent une part importante du secteur bancaire. Voyant les banques traditionnelles perdre chaque jour des clients, il est logique de se demander jusqu’où cela peut-il aller ?
Les néo-banques mettront-elles fin aux banques classiques ? Élément de réponse.

Quel est le modèle économique d’une néo-banque ?

Avec leurs offres attractives et leur fonctionnement intuitif, les néo-banques ont tout pour plaire. Mais ce n’est pas tout ! Elles présentent un modèle économique très intéressant.

Généralement, les banques classiques fonctionnent selon le modèle du « spread », c’est-à-dire qu’elles prélèvent des frais aussi bien sur les dépôts que sur les crédits. Les néo-banques, elles, ont choisi de ne pas prélever de frais sur les dépôts, ce qui leur permet de proposer des conditions plus avantageuses aux emprunteurs.

De plus, la meilleure banque en ligne a un coût de fonctionnement moins élevé que celui d’une banque classique. En effet, elle ne possède pas de réseau d’agence et fonctionne uniquement en ligne. Cela lui permet de réaliser des économies considérables. Ces économies se répercutent ensuite sur ses clients sous forme de meilleures conditions.

Une clientèle jeune dans le viseur

Les moins de 35 ans représentent la majorité de la clientèle des néo-banques. Ces dernières l’ont bien compris ! Leurs clients cibles sont à la recherche de simplicité et d’efficacité.
Pour les 18 – 35 ans, avoir un compte bancaire en ligne s’avère bien plus pratique que de se rendre en agence régulièrement. De plus, les offres proposées par les néo-banques sont particulièrement avantageuses, puisqu’elle s’adresse à un public au budget limité.
Grâce aux frais de fonctionnement réduits, elles peuvent proposer des offres plus attractives en matière de tarification. Les jeunes sont particulièrement sensibles à cet aspect. C’est également un public à la recherche de nouveautés et d’innovation, ce que les néo-banques leur offrent volontiers.

La banque classique doit-elle avoir peur de sa petite sœur, la néo-banque ?

Question simple, réponse simple. Seul l’avenir nous le dira !
Les banques classiques disposent d’un énorme réseau d’agences et d’une grande notoriété. Ceci n’est pas toujours le cas des néo-banques.
Même si ces dernières possèdent un modèle économique plus intéressant, elles ne sont pas encore assez présentes sur le marché pour mettre en danger les banques classiques. Notons également que la proposition de crédits immobiliers chez les néo-banques est plutôt rare. La plupart d’entre elles articulent leurs offres autour de la gestion automatisée du compte courant, du crédit à la consommation ou d’un crédit au montant relativement bas. Il faudra donc attendre encore un peu pour voir si les néo-banques sont en mesure de concurrencer réellement les banques classiques sur tous les points.

Pour l’instant, les banques classiques ne doivent donc pas s’inquiéter outre mesure des néo-banques. Mais si ces dernières continuent à progresser à ce rythme, elles pourraient se frayer un chemin jusqu’à la première place du podium. Assurément, les néo-banques ont le vent en poupe et gagnent chaque jour de nombreux clients. Si elles continuent sur cette lancée, elles pourraient bien devenir une menace pour les banques classiques dans les années à venir.
À suivre !