Téléconseiller : les qualités et compétences nécessaires pour réussir

Dans le domaine des technologies de l’information et de la communication et plus généralement en commerce, un nouveau métier est devenu stratégique. Il s’agit du poste de téléconseiller, une fonction qui s’exerce le plus souvent dans les centres d’appels.

Cependant, nombre d’entreprises spécialisées dans le commerce utilisent aussi les services des téléconseillers pour comprendre leur clientèle, ses attentes et ses besoins dans l’avenir. Poste parfois réputé difficile, un bon téléconseiller se distinguera par des qualités et compétences ciblées. Découvrons lesquelles ! 

Connaître le fonctionnement d’un centre d’appels

Le lieu de travail d’un téléconseiller est par définition un centre d’appel. Pour devenir un bon téléconseiller, maîtriser le fonctionnement d’un centre d’appels s’avère nécessaire. Avant d’aborder le métier de téléconseiller, il est important de connaître dans un premier temps son domaine de compétences.

Centre d'appel

Le centre d’appels est un service client dont dispose une entreprise pour échanger, relancer ou prospecter auprès de cibles dédiées. Les banques, les entreprises commerciales ainsi que les opérateurs sont souvent dotées de ce genre de centre.

Quel est le rôle du téléconseiller dans un centre d’appels ?

Le téléconseiller est un professionnel qui s’occupe du fonctionnement du centre d’appels afin d’aider l’entreprise à se rapprocher des clients. Son rôle est de répondre aux appels des acheteurs pour enregistrer leurs plaintes puis de les solutionner directement quand il le peut. C’est d’ailleurs pourquoi un téléconseiller ne peut s’engager dans une telle démarche sans connaître parfaitement les produits qu’il tente de vendre ainsi que le fonctionnement global de l’entreprise pour laquelle il travaille. 

Téléconseillère au travail

La réussite de toute sa carrière de conseiller clientèle en dépend. En outre, le téléconseiller doit maîtriser tous les rouages du système d’assistance du client par téléphone. Pour bien réaliser son travail, il faudra aussi qu’il maîtrise tout le mécanisme de fonctionnement du centre d’appels de l’entreprise par téléphone et par vidéo.

Les 8 principales qualités d’un bon téléconseiller

En dehors de la maîtrise de son lieu de travail qu’est le centre d’appels, le téléconseiller doit également posséder d’autres aptitudes essentielles.

La communication est la clef 

La communication est l’aptitude basique à développer avant d’embrasser la carrière de téléconseiller. Le téléconseiller doit être capable de créer une relation communicationnelle avec son interlocuteur en l’espace de quelques minutes. En effet, ce dernier est amené à converser avec les clients, la plupart de son temps au centre d’appels.

Sans cette faculté à communiquer aisément avec un client non familier, il lui sera difficile d’exceller dans son travail. C’est d’ailleurs pour cela que la plupart des entreprises qui recrutent les téléconseillers attachent du prix à ceux qui ont une formation en communication ou une certaine aisance à l’oral. 

Bien connaître le catalogue de l’entreprise

Dans les entreprises commerciales, la parfaite connaissance du produit mis en vente est importante pour un téléconseiller. C’est grâce à cette maîtrise du produit qu’il pourra mieux assister les clients quand ils lui exposeront leurs problèmes. Connaître les produits signifie surtout que le téléconseiller saura “pousser” le produit le plus adapté en fonction des particularités du prospect et de ses attentes. 

Fonctionnement d'un centre d'appels

De cette façon, il n’aura plus à faire attendre le client pour chercher le bon produit ou la bonne solution : sa connaissance parfaite du catalogue de l’entreprise est sa carte maîtresse. De ce fait, il apparaît comme un réel expert dans son domaine et il permet d’améliorer la crédibilité de l’entreprise auprès du client. En tant que téléconseiller, il n’est pas simplement vendeur : c’est aussi un ambassadeur de la marque

Bien négocier avec un client

Plusieurs petites et moyennes entreprises recrutent les téléconseillers pour des tâches différentes de l’assistance clientèle. Le service client est missionné pour engager une conversation avec des clients afin de leur présenter le catalogue produit. Ainsi, le téléconseiller se trouve associé à tous les niveaux à la politique de vente de l’entreprise.

La qualité de persuasion du téléconseiller lui permettra de vendre le produit de l’entreprise à distance, et de générer du revenu pour sa structure. Le téléconseiller capable de négocier peut discuter le prix d’un produit avec un client jusqu’à conclure une vente à distance. Toutefois, une bonne négociation aboutissant à une vente ne peut être possible que si le téléconseiller maîtrise parfaitement le produit qu’il vend.

Aussi, il doit connaître les différentes envies des clients potentiels et essayer de déceler leurs besoins. De même, il faudrait qu’il maîtrise tout ce qui concerne la vente à l’extérieur et les expressions orales puis écrites pouvant captiver l’attention du client. Pendant la négociation, son ton doit être plus confiant et rassurant avec le client. Grâce à ce pouvoir de négociation avec des personnes extérieures, le téléconseiller peut évoluer dans n’importe quelle entreprise.

Patience et ténacité sont de rigueur 

Dans le métier du service client, la patience est une grande qualité qu’il faudrait développer pour s’en sortir. Pendant certaines discussions, des clients peuvent être réticents à accepter vos recommandations. D’autres peuvent se montrer difficiles à convaincre durant la négociation. Dans ce cas, il est important de développer une grande patience afin de mieux supporter la discussion et afin de comprendre les attentes réelles du client. 

Négociation avec un téléconseiller

Aussi, le bon téléconseiller doit faire preuve de ténacité et ne rien lâcher tout au long de la discussion. Il doit être capable de mettre ses sentiments de côté et essayer de prolonger le débat, y compris lorsque l’interlocuteur s’avère peu aimable voire agressif… 

Savoir-être : l’empathie et le tact

Dans certains cas de figures, il est important de faire preuve de compassion envers le client. Ceci est aussi une astuce pour captiver son attention et se montrer concerné par son problème. Toutefois, se montrer compatissant envers un client ne signifie pas de ressentir de la peine pour ce dernier. L’empathie est une qualité essentielle car elle permet de “se mettre à la place” du prospect et donc de mieux comprendre son point de vue et ses besoins. 

Faire preuve de tact et d’empathie permettra au téléconseiller d’acquérir, au fil des minutes que dure l’appel, de la confiance de la part de son prospect. On note d’ailleurs que plus un appel est long, plus la chance de conclure une vente est grande. Ainsi, il est important d’accorder le maximum de son temps à ses clients ! 

Que faire avec les clients qui se montrent désagréables ?

Dans le métier de service client, il est fréquent d’être confronté de temps à autre à des clients désagréables. Ces derniers peuvent se montrer peu respectueux, voire insultants dans leur propos. Il faudra malgré tout faire le nécessaire pour préserver la relation service client et pour conserver un professionnalisme à toute épreuve. De même, il est important de conserver un ton aimable avec la clientèle puis de faire preuve de patience et d’esprit d’écoute. Un peu de sang-froid et de recul s’avèrent donc des qualités importantes. 

Un téléconseiller doit garder son sang-froid

Bien sûr, le téléconseiller devra faire preuve de politesse à toute épreuve. Cela suppose qu’il fera abstraction de ses émotions envers le client désagréable. Cet aspect fait partie des inconvénients du métier de téléconseiller.

Les débouchés de ce métier

En offrant ses services de téléconseiller à une entreprise et en menant à bien ses missions, le téléconseiller peut devenir le superviseur de toute une équipe au fil du temps. Ainsi, il peut se voir assigner une charge de chef plateau compte tenu des compétences acquises au cours de sa durée de travail. Commencer en tant que téléconseiller est souvent partir “en bas de l’échelle”, mais c’est un poste incontournable et indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise. 

Pour embrasser un tel métier, un bac ou un BTS plus deux ans de formation en commerce sont requises. Aussi, une formation en communication et en management se trouve appropriée pour mieux réussir dans ce type de métier.