Quel GAFAM possède LinkedIn ?

Vous ne le savez peut-être pas mais derrière les plus grandes sociétés se cachent en fait les plus grandes firmes du marché. Ces géants du web sont appelés les GAFAM : Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft. Et devinez quoi ? L’une de ces firmes détient à ce jour le plus grand réseau social professionnel. Découvrez laquelle d’entre elles possède LinkedIn et comment fonctionne cet écosystème.

A quel GAFAM LinkedIn appartient-il ?

Nous ne faisons plus durer le suspens plus longtemps… LinkedIn est une société qui appartient désormais à Microsoft !

La multinationale informatique fondé par Bill Gates et Paul Allen regroupe plusieurs activités et notamment : le système d’exploitation Windows qui est installé sur chaque ordinateur portable, le moteur de recherche Bing qu’on retrouve également sur ces appareils, le logiciel d’appels et visioconférences Skype, la suite Microsoft Office mais aussi les consoles de jeux XboX…

Microsoft a su élargir ses champs de compétences (cloud, ordinateur, application, jeu…) et a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 110,36 milliards de dollars. Leur ambition ? « Donner à chaque individu et chaque organisation les moyens de réaliser ses ambitions ». Alors quoi de mieux pour compléter leur offre que d’acquérir l’entreprise LinkedIn ? Microsfot n’a pas hésité et a mis le paquet pour réussir à mettre la main sur le social media professionnel en vogue : le coût du rachat s’élève à 26,2 milliards de dollars. C’est en 2016 le plus gros rachat sur le marché du social media. Et encore… Le ticket aurait pu être plus gros : Microsoft a profité de la chute de 40% du cours du titre de LinkedIn pour faire cette proposition.

La société propriétaire est donc désormais Microsoft, et notamment son directeur Ryan Roslansky. LinkedIn poursuit depuis son ascension fulgurante, elle a depuis doublé ses revenus et son parc mondial. Pour Microsoft, c’est une brique de plus qu’on ajoute à la maison déjà bien solide.

Aussi, il faut savoir que Microsoft ne s’est pas arrêté à ce rachat? Depuis 2018, le groupe a mis en place toute une stratégie de rachat de plus ou moins grosses entreprises. Aux dernières nouvelles, Microsoft s’est offert le groupe Activision-Blizzard avec pour ambition affichée de devenir le Netflix du jeu vidéo. Désormais, Microsoft déteint : Skype, Nokia, aQuantive, Navision, Yammer, Mojang, GitHub, Fast Search & Transfer…

Crypto-monnaie et réseaux-sociaux : un mariage qui se compte en milliards ?

Pour quelles raisons LinkedIn a été racheté ?

Ce n’est peut-être pas évident de prime à bord mais le rachat de LinkedIn par Microsoft représente une réelle opportunité pour les deux sociétés dans les milieux du web et du recrutement.

LinkedIn et le GAFAM

Pour Microsoft, c’est l’occasion d’avoir accès à l’un des éléments cruciaux à ce jour qui lui manquait : les données utilisateurs. LinkedIn possède une base de données très importante avec plus de 810 millions de membres dans le monde. LinkedIn publie d’ailleurs régulièrement des livres blancs avec des données essentielles sur la communauté et les habitudes de ses membres.

A l’inverse, pour LinkedIn, c’est l’occasion de mettre en place des solutions et services innovants grâce à l’expertise de Microsoft. LinkedIn a d’ailleurs depuis rattrapé le léger retard qu’ils avaient en terme de contenu, notamment avec la mise en place de produits (learning, insight, prospection…)

Cette cohésion entre les deux entreprises, c’est fait progressivement : d’abord le cofondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, s’est vu rejoindre le conseil d’administration de Microsoft. Leur rapprochement a suscité de nombreux échanges et les deux sociétés ont bien vu qu’elles pouvaient se pousser l’une et l’autre vers le haut en renforçant leur présence dans la Silicon Valley et en utilisant intelligemment des produits technologiques comme ceux de l’intelligence artificielle. En achetant LinkedIn, Microsoft a su aussi redorer son image et se rendre plus « cool » auprès du marché mondial et notamment américain. A ce jour, les deux sociétés s’épaulent pour mettre à profit ce qu’elles savent faire de mieux.